Visite de Printemps en ZOOM !

INTERDIT de se réunir à plus de 6 !
Comment faire pour partager la visite de printemps avec nos adhérents ??, il y a la solution de réaliser plein de visites, ce serait trop déranger les abeilles et ça pourrait durer jusqu’à l’été !

Avec Maurice, nous avons eu une idée :  Partager cela en ZOOM avec celles et ceux qui le souhaitent.
Après quelques réglages des différents PC et du point d’accès, ce fut une réussite sans faille.

Delphine, qui d’habitude fait de belles photos s’est prise au jeu a a manipulé la caméra au plus près des abeilles.

C’est une Innovation de deux de nos adhérents passionnés d’abeilles et d’informatique.
on va continuer sur cette lancée ..

Voici ce que nos adhérent-e-s pouvaient voir à la maison, sur leur PC..    Toutes ces images sont des captures d’écran.

pas mal la TEAM  “Maurice & Co”.
on va bientôt utiliser ces compétences pour proposer nos classiques “initiations”

Les visites de Printemps

C’est l’occasion rêvée pour commencer auprès des abeilles et approfondir les connaissances de nos nouveaux adhérents.

Mis à part la ‘reine’, il n’y a plus aucune abeille née en 2020 dans les ruches, la ponte s’intensifie.
Avec tous ces de jeunes,  dès le retour des beaux jours ce sera la ‘folie de la construction”, les abeilles vont remplir tous les espaces disponibles avec une rapidité incroyable.

En prévision de cette période, chaque pilote de rucher va tout inspecter dans la ruche, nettoyer, mettre au rebut les cadres trop vieux,  regarder l’emplacement et l’uniformité du couvain, supprimer des rayons de miel en trop s’il y en a afin de laisser de la place aux naissance etc …

Évidemment , dans notre association , cela se fait ENSEMBLE.
Ce samedi, Jean Pierre et Christine ont fait une première session rapide ( Nettoyage des plateaux,  vérification des réserves de nourriture et de l’isolation, ajout de cadres de corps, mise en place d’ un abreuvoir…)
Une autre visite;plus longue sera faite dès qu’il fait plus chaud afin de pouvoir accueillir un autre groupe d’adhérents.

Ici, dans un rucher voisin et ami  voici Jean-Loup, Mathieu, Najib… guidés par Xavier qui font eux aussi  les choses très sérieusement .
Mise à jour du cahier de rucher, explications aux nouveaux ….

Bonnes nouvelles : l‘ensemble des ruches  visitées en ce  samedi de PAQUES sont en pleine forme !
c’est un sans faute total.

Bravo les amis

Quelques nouvelles de l’expérience d’Hivernage en cave

Qu’est ce donc que cette idée d’hiverner des abeilles ?
les abeilles sont sut terre depuis plusieurs millénaires et, ces insectes n’ont pas besoin de l’homme pour vivre allez vous nous dire .  c’est vrai

Dans certains pays très froids avec une longue période hivernale (jusqu’à 5 à 7 mois) ou dans les régions avec de fortes fluctuations des températures diurnes et nocturnes (+ 5 … –20 ° C), les apiculteurs placent les ruches dans une grange ou, une étable.

Vous allez de nouveau nous dire : on n’a pas d’hiver de 5 à 7 mois en France et, es abeilles ont évolué au fil du temps et se sont adaptées aux climats des régions dans lesquelles elles vivent depuis très longtemps.  C‘est vrai aussi

C’est sans compter la modification rapide de notre climat !

De nombreux apiculteurs font le même constat  :  des ruches mortes en tout début de printemps, présentant le même profil :
– Essaims assez forts, avec entre 2 et 4 cadres de couvain compact à la visite d’automne.
– Faible quantité de varroa constaté avant l’hivernage.
– Forte activité des abeilles pendant tout l’hiver les journées ensoleillées, mais décroissante vers la fin.

Au constat de mort des ruches (fin février, début mars) il reste l’équivalent d’un pamplemousse d’abeilles mortes, centré sur du couvain, mort aussi, mais ne présentant pas de trace importante de varroa sur les larves. Pas d’abeilles mortes ou presque sur le plancher de la ruche. Les ruches sont bourrées de miel.

Une idée qui fait son chemin est que les colonies se dépeuplent anormalement car nos hivers n’étant plus si froids, les abeilles sortent fréquemment à la recherche de nectar, n’en trouvent pas et s’épuisent rapidement puis ne rentrent pas à la ruche. 

Comme il n’y a pas d’abeilles nouvelles pour les remplacer, la colonie s’amenuise et, elles ne sont plus assez nombreuses pour se réchauffer lors des dernières gelées de février.

Alors, sous notre climat devenu top doux pour ces insectes qui ne s’y sont pas encore habitués , l’idée  d’hiverner des abeilles en cave fait son chemin afin de les empêcher de s’épuiser en sortant 

 

.
Pour obtenir cela , il y a tout un protocole car nos abeilles ne doivent jamais manquer de nourriture, d’eau et doivent aussi pouvoir sortir effectuer le vol de propreté !

Belle réussite de ce test pour la seconde année consécutive..

 

 

miel de coeur, miel de cœur , abeilles-en-ville.com , abeilles-en-ville.fr , mieldecoeur.commieldecoeur.fr , miel-de-coeur.frruches-en-ville.com , ruches-en-ville.fr , sauvegarde-des-abeilles.com , sauvegarde-des-abeilles.org

Visite au rucher en ce 14 novembre confiné !

Ce samedi, Jean Pierre et Michèle accompagnés de seulement quelques membres de l’équipe se sont rendus sur les ruchers de Chenôve ainsi que chez Christine.

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu venir  – restrictions sanitaires obligent –  voici le résumé fait par les animateurs ainsi que quelques photos de Delphine que nous avons mis au format  ‘BD’

Samedi  15h00,  sous un soleil radieux et une température Automnale(16°),  l’équipe en charge du rucher de Chenove s’est rendue au chevet de leurs petites protégées.
Au programme :

  • Nettoyage des tiroirs avec comptage des varroas.
  • Extraction des bandes d’APIVAR.
  • Pesage des ruches.
  • Complément en sirop.

Nous avons fait  de même chez Christine, juste avant la tombée de la nuit.
Les colonies de Chenôve sont  faibles, elles auront du mal à passer l’hiver, nous allons essayer de trouver une solution.

Les colonies de Christine sont plus costaudes et devraient pouvoir affronter la mauvaise saison sans encombre
sur les deux sites : Abeilles douces, très bonne ambiance,  élèves studieux,  bonne manipulation.

Récit en 9 images :

 

 

Il était une fois, une petite abeille qui tomba amoureuse d’une grosse betterave …

Aujourd’hui, nous avons choisi de vous faire écouter une petite histoire de 2′ 12. Presque un conte comme ceux que l’on raconte aux enfants avant de s’endormir…

c’est ici :

 

Merci  Charline pour ce conte empreint d’actualité et merci Delphine pour tes belles images.

Conférence de Céline Locqueville

Installée dans l’Yonne avec ses abeilles, Céline terminait son mini tour de France à Malain et profitait de cette conférence pour dédicacer son livre
“Ruches Refuges”

Soirée enrichissante et bien remplie durant laquelle nous avons :

  • écouté avec intérêt les récits et expériences d’une passionnée
  • retrouvé des adhérents ayant pratiqué avec Céline
  • découvert l’existence d’un collectif très dynamique
  • appris l’existence de liens surprenants entre les abeilles et un champignon ainsi que bien d’autres choses …

Parmi la série de questions, il y a eu la traditionnelle “Pourquoi les d’abeilles préfèrent certains endroits au point que les essaims y reviennent chaque année ?

Les abeilles seraient sensibles aux courants d’eau sous terrains.  Alain s’est proposé de nous initier à la recherche de ces courants . d’après lui, nous sommes TOUS capables de le faire…

Céline et Alain nous ont aussi raconté l’histoire de la ruche qui leur tient compagnie chaque jour car placée sur la terrasse. C’est une Warré dans laquelle un essaim d’abeilles est spontanément venu s’installer.
Les abeilles vivent leur vie, pollinisent le jardin sans jamais venir ennuyer les convives….

Nous avons aussi découvert  “Terre de Liens”, une extraordinaire manière d’aider tout simplement celles et ceux qui s’engagent dans une nouvelle Agriculture .

4 minutes pour présenter "Terre De Liens" from Des Abeilles En Ville on Vimeo.

______________________________________________________________________________________________

 

Céline nous a aussi annoncé la sortie prochaine de  :

Etre avec les abeilles .

Pérrine Bertrand & Yann Grill ont réalisé un film résolument tourné du côté des abeilles, plein d’espoir, enrichissant, engagé, enthousiasmant et dérangeant… qui transformera notre regard sur cet insecte et le monde vivant.

Car notre rapport au monde vivant doit évoluer si nous voulons sauvegarder notre environnement.

(Changer notre regard sur la nature, travailler avec elle et non contre elle sont des valeurs que ce film veut partager.)

 

De nouvelles ruches à Chenôve

Une question revient souvent parmi celles et ceux qui suivent nos activités :
“Que faites-vous donc des abeilles recueillies par le groupe essaim ?”

C’est tout simple :
Après les avoir bien chouchoutées, nous installons des ruchers…
En voici un tout nouveau !

Michèle, Christophe et Jean-Pierre vous inviteront bientôt à le visiter…

Sauvetage d’abeilles à Gevrey Chambertin

Quand on entend ce nom, on pense tout de suite au trésor de notre belle région – à consommer avec modération comme ils disent…

Nous avons été appelés par les artisans qui travaillent à la réfection du Château car des abeilles sont depuis longtemps installées dans le mur.    Les voyez-vous sur cette photo d’ensemble ?

Bon, on vous aide un peu :

Voici une colonie bien en forme, cinq belles galettes de cire en attestent :

.

Les artisans nous expliquent qu’une équipe munie d’aspirateur et autre technologie est déjà venue et que leur intervention a échoué.

Françoise, Patrick et Xavier préfèrent travailler à l’ancienne, 100% respect des abeilles.
Les murs du Château étant très épais, ils ont créé pour l’occasion un couteau de 60 cm de long afin de pouvoir bien découper les rayons jusqu’au fond.
Une bonne préparation et beaucoup de calme sont très souvent les gages de réussite en apiculture.

Les tâches sont réparties :
l’un extrait précautionneusement les rayons et l’autre les place dans les cadres avant de remettre tout cela dans la ruche.

Les abeilles sont très curieuses et sentent que cette bobine a été touchée par des mains pleines de miel !

Après avoir retiré précautionneusement le dernier rayon, Patrick essaie de récupérer tous les petits morceaux de cire.
Incroyable profondeur dans ce mur !

Voici la ruche dans laquelle les abeilles sont en train d’emménager, et notre sympathique équipe déjà prête à recommencer !

Merci à Emma qui nous a offert ses belles photos.

Mai : les abeilles nous font courir partout !

Mai : les abeilles nous font courir partout !

Notre équipe 2020, fin prête à partir recherche r tous les essaims d’abeilles (ça , vous le savez) , est déjà intervenue une vingtaine de fois. Voici quelques photos prises par nos adhérents :

  • 17 Avril : nous avons été appelé par une habitante, 13 heures nous voici dans le parking de la résidence

Insolite : La société ESTIVALET, appelée par une habitante croyant avoir vu des guêpes s’est aperçue qu’il s’agissait d’abeilles en pleine ville. Alors quoi de plus naturel que d’appeler “des abeilles en ville”.
Nous avons ainsi été sauver cette colonie nichée au 16ème étage derrière une fenêtre ! Amateurs de vertige, ces photos sont pour vous.

______________________________________________________________________________________________________

Quelques vidéos :

L’essaim capturé sur le site des Bourroches a été mis dans sa ruche définitive, voici une petite vidéo qui vous montre comment procéder.

Regardez aussi tout ce que les abeilles ont réussi à construire en seulement 10 jours :

Autre vidéo complète : la capture d’un essaim en ville le lundi de Pâques :