juillet 2019 , Extraction de miel à Fontaine d’Ouche

Fontaine d’Ouche c’est bien dynamique.

Chaque année, nous sommes attendus par les enfants à l’Annexe de la Maison Phare afin d’extraire le miel des ruches toutes proches.

Un détail mérite d’être souligné : Les ruches de Fontaine d’Ouche c’est du 100% LOCAL
– Projet mené par la Commission de quartier.
– Ruches construites par les jeunes du quartier, avec l’aide de l’atelier bois tout proche.
– Abeilles élevées par Maurice qui réside à 100 mètres de là !
Si vous ne les avez pas vues, voici quelques images de l’inauguration en 2015

14 heures en ce mardi : tout est prêt et les premiers enfants arrivent.

Récit en images.

  • Michèle explique le Fonctionnement d'une ruche

Ici, comme chaque fois , c’est le plus petit / la plus petite qui ouvre le gros robinet et libère le précieux cadeau des abeilles de la Promenade du Ruisseau !

Une sympathique équipe de France 3 est venue couvrir cet événement local, voici le reportage diffusé dans le 12/13 et dans le 19/20.

Pour finir cette belle journée  Jane nous a rejoint et, nous a fait le plaisir de nous présenter sa soutenance telle que réalisée pour son baccalauréat.

Bravo Jane pour ce sujet parfaitement maitrisé.

Merci aussi pour le cadeau très gouteux et, bonne continuation dans ta filière universitaire consacrée à la nature et l’environnement.

 

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

Visite à DIJON d’une délégation d’apiculteurs POLONAIS

Visite à DIJON d’une délégation d’apiculteurs  de la région de Voivodie des Basses Carpates  en Pologne

Cette région est l’une des 16 régions administratives de Pologne dont le chef-lieu est Rzeszów.

Une quarantaine d’apiculteurs  accompagnés d’une délégation de représentants d’institutions publiques  sont venus 4 jours en voyage d’étude à Dijon.

Cherchant à voir des ruchers particuliers,  à la demande de  Jean-Dominique Bagnard, élu de Chenôve, Michèle et Jean-Pierre,  leur ont  fait visiter, le Vendredi 24 Mai, certains des plus beaux ruchers de DIJON.

Marsannay-la-Côte,   avec son rucher dans le cimetière,  où  les ruches sont intégrées dans ce lieu  des plus calmes pour le bien être des abeilles.

Chenôve, dans le jardin du Clos du Roy,  emplacement  adapté à la vocation d’un rucher citadin
Grâce à Monika Reizer, traductrice et organisatrice, nous avons pu exposer la philosophie de notre engagement et répondre aux questions de nos amis apiculteurs polonais concernant notre façon de travailler.
Sous un soleil radieux,  tout le groupe a apprécié  les emplacements des ruchers, notre accueil, et la région de Dijon avec ses vins et sa gastronomie.
A l’issue de cette visite,  la délégation a tenu à remettre un cadeau, sous la forme de 2 beaux livres présentant leur région.
Michèle et Jean-Pierre
Liste des autorités accompagnants les apiculteurs :
Directeur adjoint du centre de conseil agricole
Responsable de l’apiculture du conseil régional
Président du conseil d’administration du fonds régional pour la protection de l’environnement et la gestion de l’eau
Directeur adjoint du centre national de soutien à l’agriculture
Directeur adjoint de la faculté de l’agriculture
Directeur adjoint de l’agence de la restructuration et la modernisation de l’agriculture
Directeur de la caisse des retraites et assurances des agriculteurs
Vice-président du syndicat régional des apiculteurs
Président d’une association d’apiculteurs

Un dimanche d’avril aux ruchers…

OUI, il y a un S à ruchers car ce dimanche,  Christelle, Maurice, Patrick, Philippe, Roland, et Xavier
avaient prévu de diviser les colonies les plus fortes.

Nous avons commencé par Marsannay la Côte et c’est Roland qui pilotait les opérations

Puis ce fut le tour de Xavier, lors de la visite à Fontaine d’Ouche sous le regard surpris du public.

Les enfants ont revêtu des tenues prêtées par notre association et assisté aux manipulations.
il va y avoir de belles histoires à raconter à l’école !

Au final, deux nouvelles colonies ont été créées ,
nous vous montrerons bientôt cela en détail car une mini vidéo à été tournée …

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

16/02 Les abeilles sont de sortie

Superbe temps en cette mi février, nous en avons profité pour rendre visite à nos abeilles.

Dans plusieurs ruchers, elles commencent à rentrer les premiers pollens. C’est le signe que l’élevage des jeunes à déjà repris.
Ici, quelques photos prises au rucher du ruisseau de la source, au rucher de Thorey-en-Plaine et aussi dans notre élevage.

Dans 2 ou 3 semaines, si le beau temps se maintient, nous ferons la visite de printemps.

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

un après midi étiquettes et bonne humeur !

Nous avons reçu la nouvelle dotation d’étiquettes pour les ruches de “Dijon métropole” alors,
en ce dimanche 27 janvier bien pluvieux, nous avons réuni une équipe “collage”.

Répartition des tâches car cette année il y a deux étiquettes différentes sur chaque pot.

Il y a du boulot, les mains s’activent en rythme.

Résultat :

L’équipe 100% féminine est fière du résultat.

Dans notre Association, on connait bien l’adage “après l’effort, le réconfort”.

Crêpes maison, cidre fermier, confitures bio et, surprise : d’excellentes préparations de nos amis FRUIMALIN.

 

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

les néonicotinoides tuent la biodiversité

Cela fait longtemps que les apiculteurs le disent. Pendant ce temps , l’agrochimie finance des études afin de voir si c’est “vraiment vrai”

7 Juin 2018 : Fin de partie   232 scientifiques du monde entier, faisant partie des plus grands spécialistes de la biodiversité publient dans Science .

Interview de Jean Marc Bonmatin – spécialiste des neurotoxiques au CNRS –

nous avons un devoir d’alerte contre ces neurotoxiques systémiques qui contaminent l’environnement et ont un impact  inacceptable sur les abeilles et les invertébrés terrestres.

ces toxiques ont été commercialisés dans le milieu des années 90 en préventif c’est à dire qu’on les épand sans savoir s’il va y avoir des ravageurs ou pas.
on déverse aujourd’hui en France  à peu près 20 000 tonnes de ces toxiques qui sont actifs au nanogramme
( 1 tonne = 1 000 000 000 000 000 nanogramme, oui, vous avez bien lu !!! )
cela fait une quantité phénoménale pour tuer la vie sur la planète et c’est exactement ce qui se passe

la pollution environnementale qui finit dans nos assiettes et dans nos verres a des conséquences graves sur la santé humaine….

“nous avons étudié l’utilité de ces produits utilisés en préventif :
Dans la grande majorité des cas ils ne servent à rien et, de plus le bénéfice pour le monde Agricole n’est pas là , ces insecticides coutent très cher et lorsque l’on s’en passe en les remplaçant par des techniques alternatives, les cultures prennent de la valeur.

8 minutes édifiantes à écouter ….

 

 

Une superbe journée Nature au Jardin des Sciences

Comme chaque année, Nous étions présents à la fête de la nature et de la biodiversité

Installé en fin de matinée par les plus courageux, notre stand n’a pas désempli !

voici d’ailleurs le commentaire “à chaud” d’un de nos adhérents venu prêter main forte à Christine et JP :

 

 

A chaque fois que je suis venu tenir le stand dans l’après-midi (au moins 4 ou 5 fois), j’avais un curieux, souvent un enfant puis dans les quelques secondes qui suivaient, c’était comme des abeilles sur du miel : une véritable foule attroupée. Les gens étaient attirés, bien sûr, par tout ce qui tourne autour du miel mais aussi beaucoup par la société très organisée des abeilles et un très grand nombre par le côté environnemental

 

 

A 11h00  tous les adhérents inscrits étaient présents  pour installer le stand près  de la roseraie.
Bel emplacement permettant d accèder au rucher ou les passants intéressés étaient dirigés et accompagnés

Une grande partie des  6000 visiteurs sont venus nous rendre visite pour la plus grande joie et intérêt des petits et des grands

Ce succès ne fait que confirmer l’intérêt du public pour tous les sujets liés à l’environnement et à la biodiversité.     Merci encore a tous ceux qui vinrent tenir le stand

Pour finir : voici de drôles d’insectes venus faire peur aux passants :

 

 

9/03 A.G. de la coopérative apicole du Jura

Notre association possédant des parts sociales de cette coopérative, nous avons participé à l’AG.

Nous en avons aussi profité pour se promener un peu dans la ville de Lons le Saunier réchauffée par un doux vent de printemps.

Plaisir de revoir les gens aux terrasses de cafés.

Plaisir aussi de partager avec vous cette peinture murale trouvée au fond d’une ruelle.

il y a plein d’endroits sympas et inattendus dans cette ville….

 

 

 

Il a fallu plus de 20 ans !

En 1998, de nombreux apiculteurs ont commencé à dénoncer certains pesticides, selon eux responsables de la disparition des colonies d’abeilles.

Bien sûr les firmes agrochimiques ainsi que toute la filière qui trouve un intérêt (financier) ont organisé un large enfumage.
L’enfumage, on connait plutôt bien la technique !

Ce 28 février 2018, l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), a confirmé le risque pour les abeilles posé par trois néonicotinoïdes actuellement soumis à des restrictions d’usage dans l’UE .

Globalement le risque pour les trois types d’abeilles que nous avons étudiés est confirmé“, a expliqué Jose Tarazona, à la tête du département Pesticides de l’Efsa, dans un communiqué de l’agence

Dans tous les cas d’utilisation en extérieur de ces substances, au moins un des aspects évalués indique un “risque élevé” pour l’abeille.

20 ans que les abeilles meurent et, avec elles des milliers de pollinisateurs sauvages.
20 ans de contre-vérités sponsorisées par des géants de l’agrochimie et publiées un peu partout.

Lecteurs, ou étiez-vous il y a 20 ans ?
Rendez-vous compte de tout ce temps perdu et de tous les insectes détruits,
insectes pourtant utiles à la nature.

Et maintenant ? Va t-on encore attendre 20 ans avec les fameuses “autorisations d’utiliser les stocks”.

Ce 28 février 2018, nous ne crions pas victoire, nous pensons simplement au combat de tous ces anciens qui ont tiré la sonnette d’alarme en vain puis, qui ont vu pendant 20 ans des “sachants” venir sur les plateaux télé expliquer que les abeilles mourraient à cause des mauvaises pratiques apicoles, pas des pesticides !

20 ans que

en silence !