12 Mai : Un essaim en hauteur !

Tout commence par un simple appel téléphonique,  quelques minutes plus tard, c’est  une équipe d’adhérents motivés et bien équipés sont sur place.

Sauriez vous nous dire si il y a des abeilles dans cet arbre ?    … Vous pouvez agrandir l’image, on ne les voit pas bien, cependant il y a un détail qui ne trompe pas !
allez, on vous aide car on est comme ça dans notre association, on partage tous les bons plans..

Regardez bien dans le ciel bleu …. il y a vraiment trop d’abeilles qui virevoltent autour de cet arbre , c’est un signe qui ne trompe pas !

 

Début de l’opération, c’est haut et il faut respecter le travail des jardiniers de la Ville, alors on va sortir les rallonges…

 

l’opération vue de plus près : Merci à Harold et sa tribu pour toutes les photos .
Rapide retour sur le plancher des vaches avant que tout ce petit monde s’envole.
Xavier a tout simplement versé les abeilles dans la ruchette, ça a surpris notre photographe qui n’a pas eu le temps de faire une image !
Deux adhérents habitués de cette technique regardent tranquillement.

les abeilles rentrent doucement…

Xavier tient à la main droite son arme secrète, très efficace pour expliquer aux abeilles qu’il faut vite se mettre à l’abri, connaissez vous ça ?
Bon, on vous partage son secret : un pulvérisateur rempli de ….. eh bien tout simplement de l’eau …… de pluie !

dernière image calme et colorée :    l’essaim est en train d’inspecter sa nouvelle demeure

Bravo l’équipe : Françoise,  Harold & Family,  Jean-Claude,  Jean-Francois, Xavier…
Ce soir, nous les transporteront ailleurs afin de bien surveiller leur croissance et, d’ici quelques jours,  cette belle colonie ira renforcer un de nos ruchers .
c’est une autre histoire  que nous vous raconterons sur ce site.
A moins que vous n’ayez envie de rejoindre notre sympathique association et participer à toutes ces belles actions en faveur de la nature, pour cela c’est très simple il suffit de cliquer ici .

Sauvetage d’abeilles à Gevrey Chambertin

Quand on entend ce nom, on pense tout de suite au trésor de notre belle région – à consommer avec modération comme ils disent…

Nous avons été appelés par les artisans qui travaillent à la réfection du Château car des abeilles sont depuis longtemps installées dans le mur.    Les voyez-vous sur cette photo d’ensemble ?

Bon, on vous aide un peu :

Voici une colonie bien en forme, cinq belles galettes de cire en attestent :

.

Les artisans nous expliquent qu’une équipe munie d’aspirateur et autre technologie est déjà venue et que leur intervention a échoué.

Françoise, Patrick et Xavier préfèrent travailler à l’ancienne, 100% respect des abeilles.
Les murs du Château étant très épais, ils ont créé pour l’occasion un couteau de 60 cm de long afin de pouvoir bien découper les rayons jusqu’au fond.
Une bonne préparation et beaucoup de calme sont très souvent les gages de réussite en apiculture.

Les tâches sont réparties :
l’un extrait précautionneusement les rayons et l’autre les place dans les cadres avant de remettre tout cela dans la ruche.

Les abeilles sont très curieuses et sentent que cette bobine a été touchée par des mains pleines de miel !

Après avoir retiré précautionneusement le dernier rayon, Patrick essaie de récupérer tous les petits morceaux de cire.
Incroyable profondeur dans ce mur !

Voici la ruche dans laquelle les abeilles sont en train d’emménager, et notre sympathique équipe déjà prête à recommencer !

Merci à Emma qui nous a offert ses belles photos.

Mai : les abeilles nous font courir partout !

Mai : les abeilles nous font courir partout !

Notre équipe 2020, fin prête à partir recherche r tous les essaims d’abeilles (ça , vous le savez) , est déjà intervenue une vingtaine de fois. Voici quelques photos prises par nos adhérents :

  • 17 Avril : nous avons été appelé par une habitante, 13 heures nous voici dans le parking de la résidence

Insolite : La société ESTIVALET, appelée par une habitante croyant avoir vu des guêpes s’est aperçue qu’il s’agissait d’abeilles en pleine ville. Alors quoi de plus naturel que d’appeler “des abeilles en ville”.
Nous avons ainsi été sauver cette colonie nichée au 16ème étage derrière une fenêtre ! Amateurs de vertige, ces photos sont pour vous.

______________________________________________________________________________________________________

Quelques vidéos :

L’essaim capturé sur le site des Bourroches a été mis dans sa ruche définitive, voici une petite vidéo qui vous montre comment procéder.

Regardez aussi tout ce que les abeilles ont réussi à construire en seulement 10 jours :

Autre vidéo complète : la capture d’un essaim en ville le lundi de Pâques :

 

un essaim très haut ?, même pas peur !

En ce 8 mai 2019 : appel d’un amateur d’abeilles un peu décontenancé par la hauteur à laquelle les abeilles ont décidé de s’accrocher .

Immédiatement l’apiculteur relève le défi et, à l’aide de barres métalliques construit un cueille essaim démesuré .

 

Il faut de bons muscles pour tenir quelques Kg d’abeilles au bout de la perche .

pas mal non ?

Grand weekend plein d’essaims récupérés

En ce grand Week end, même si  bonne moitié de notre équipe se repose en famille .
il y a toujours un cueilleur d’essaim disponible pour répondre dès le premier appel !

Quelques images  ..

Dimanche soir , à Quetigny  :
On a équipé les enfants afin qu’ils assistent à la capture des abeilles venues s’installer sur une branche de thuya

 

 

 

 

 

 


Samedi , Au Jardin des Sciences, une belle grappe sur un arbre .

hop’ dans …….. le toit  !

et voici les abeilles doucement versées

Nous avons largement pu expliquer cela au public venu voir ce que l’on fait.

 

Amis lecteurs : Venez partager notre passion des abeilles…. Cliquez ici.

Récupération d’un essaim au pied d’un poteau électrique

Une ruchette a été posée à côté, un peu surélevée, puis, nous avons disposé des surfaces blanches jusqu’à l’entrée afin d’observer un phénomène étonnant : la procession des abeilles.
Car une fois la majorité de l’essaim posé dans la ruchette avec de fortes probabilités que la reine y soit et ce fut le cas, les abeilles postées à l’entrée levèrent leur arrière-train et agitèrent leurs ailes pour envoyer des phéromones grâce à leurs glandes de Nasanov.
On dit qu’elles “battent le rappel”.
Le reste de la troupe est rentré à pieds, lentement, comme aimanté.

Les abeilles n’ayant pas de ruche à défendre, toutes ces photos ont été prises très près sans combinaison.

Garanti sans trucage !

Amis lecteurs : Venez partager notre passion des abeilles…. Cliquez ici.

Même la nuit, l’apiculteur est de sortie!

Nous avons été appelés par une sympathisante: une colonie de la cheminée voisine venait de choisir son prunier pour héberger un essaim, le temps de trouver un endroit plus propice à son nouveau “foyer”.

Ni une ni deux, nos “cueilleurs” sont venus mettre les abeilles en boîte.

Afin de n’oublier personne (même s’il y a plusieurs milliers d’abeilles dans l’essaim) il faut attendre la nuit, que toutes les éclaireuses soient rentrées, pour venir récupérer la ruchette.

Cette future colonie prend donc le nom de Prune, petit clin d’œil à son “atterrissage”!

Elle vient rejoindre les essaims du Rond point de la Nation sur le site de quarantaine.

Il est 22h, interdiction de faire un coup de flash ..

Amis lecteurs : Venez partager notre passion des abeilles…. Cliquez ici.

 

Deux essaims récupérés samedi 22 avril 2017 près du rond-point de la Nation

5 minutes après l’appel d’un habitant du quartier Toison d’or, trois membres du groupe essaim se mettent en route.

  • Un essaim à l’extérieur dans les buissons le long du trottoir contre le mur blanc,
  • Un second à l’intérieur, sous  le toboggan du jardin.

 

 

 

 

 

D’autres abeilles sont aussi en grappe sur le parking, peut-être un reste d’un des deux premiers essaims,
Mini débroussaillage dans les lauriers pour le premier, une petite tape sur la grosse branche et c’est dans la boîte.

Nous avons placé les urnes sous les électrices de la majorité silencieuse, et hop ! A voté !
Donc deux essaims qualifiés pour le second tour des Présid’abeilles, avec bourrage d’urnes.

Ca sentait fort le miel quand on s’approchait, elles en étaient gavées.

 

Bien a l’abri sous le toboggan, le second essaim était si gros qu’il n’aurait certainement pas tenu dans une ruchette.

Nous avons carrément été chercher une vraie ruche 10 cadres